Ce sous-forum vous servira à débattre de sujets sérieux comme de sujets moins sérieux. Merci cependant de respecter la charte du forum et les CGU du site, cela implique pas de débats concernant la politique et la religion par exemple !
Règles du forum : Avant de poster, n'oubliez pas de lire les règles de l'espace ici : viewtopic.php?f=215&t=16392
#597811
De la nécessité d’un protocole ou Lorsque la positivité des CGU rentre en conflit avec la dynamique humaine d’un jeu en essence social ou La question des cas limites


Ce modeste essai n’a que quelques ambitions, établir une opinion que j’estime être non lointaine de la réalité, postériser un point qui semble parfois échapper à l’attention de beaucoup et enfin produire l'opportunité de partager des points de vue multiples portant sur un même sujet, ici abordé. Tentant au mieux de vous faire parvenir un texte construit et fluide dans ses articulations, je vous souhaite une agréable lecture qui, je l'espère, provoquera réflexion et perspective nouvelle.
Si ce texte a vu le jour, c’est sous l’impulsion des récents événements qui ont parcouru la communauté LGeL ces derniers temps, une curieuse bouffée d’indignation, sûrement justifiée, une volonté d’activisme certaine que je ne saurais qu’encourager, comme je le peux notamment avec ce texte, je le souhaiterais en tout cas.



Partons très sagement d’un constat qui se voudra le plus complet, je ne parlerai pas d’un souci d'objectivité ici car j’aborderai des points qui relèvent essentiellement d'expérience en tant que joueur, membre de la communauté. L’approche du sujet du présent texte se fera également dans la perspective purement Réflexionniste (et a fortiori du secteur Sérieuses). Depuis beaucoup de temps, et ceci n’est pas hyperbolique, la modération et le secteur Sérieuses ont pris quelques distances, et ceci est euphémique. Le point névralgique du divorce entre Serieusards et Modération vient essentiellement du fait que bon nombre, si ce n’est l’unanimite des joueurs concernés considèrent que les actions de modération portent un défaut intrinsèque, qui est l'inadéquation du système de modération dans les situations de cas limites.
Avant de pouvoir continuer à développer le point central du présent texte, il est nécessaire de baliser précautionneusement le cheminement de ma pensée. Il n’est et ne sera jamais question de jeter la pierre à l'équipe de la modération, qui agit selon des règles, un système préétabli et sur lequel la plupart a peu ou prou de jeu. Et ce point-là n'est pas non plus condamnable en lui-même. Il me tient à penser que prenant toute erreur de modération, son origine vient d’un problème plus profond, plus systématique, qu’un simple écart humain. Des échanges tenus en compagnie de membres moderateurs, il en résulte un sentiment global de devoir, d’obligeance, envers une entité qui régit et gouverne finalement toute décision de modération, les Conditions Générales d’Utilisation (CGU).
En essence même, un jeu possède des règles, un jeu ne peut fonctionner sans règle, et si l’on reprend les discours esthétiques du début du XXe siècle, il n’y de jeu libre que lorsque l’entendement se confronte a des limites de raison. On pourrait entreprendre une comparaison entre la relative liberté du jeu originel, surtout de la souplesse conséquente de la part des joueurs vis-à-vis des règles qui le régissent et les limites en quantité élevée du jeu en ligne; mais alors nous devrions également avoir l'honnêteté intellectuelle de prendre du recul pour se questionner sur la réelle limitation de l'expérience dans l’application de ces limites. Rapidement l’on se rend compte que non, plus de règles, aussi spécifiques soient-elles, ne pèsent pas sur le jeu, au contraire pourrait-on envisager de voir cet encadrement rigoureux comme participant à la bonne qualité de l'expérience de chacun.
Ainsi il faut bien comprendre que les CGU, et attention ici je ne parle uniquement que des conditions concernant le jeu en lui-même, forment une part constituante du bon fonctionnement du jeu dans sa globalité. D’un point de vue très subjectif, de par le traitement par la modération et par les joueurs de ces CGU à la manière d’une bible, et de par l’apparente complexité lorsqu’il s’agit de lui apporter des modifications, l’ensemble prend les traits d’une entité immuable, inattaquable, et évangélique. Et encore une fois, il semble difficile d'établir une critique réellement légitime d’une telle représentation des conditions d’utilisation, qui aurait à la fois la fonction de structure supportant globalement le jeu, et de délimitation restreignant les conduites en marge.



Alors on arrive à se poser la question suivante: pourquoi les CGU sont fréquemment jugées inadéquates dans certaines conditions? Dernièrement il y a eu un échange entre quelques joueurs et membres de la modération, durant l’entretien des cas de modération jugés inadéquats ont été présentés devant la modération et pour la plupart le même bilan: même si certains des cas sont considérés comme sanctionnables suivant une application stricte des CGU, il est encore possible d’entrevoir en quoi ces mêmes comportements ont une distance avec de réels comportements sanctionnables. D'où vient cet écart que même la modération peut avouer sans réellement pouvoir agir dessus, malheureusement?
Sans parler de codes de jeu, il existe indubitablement, en Serieuses plus qu’ailleurs, des codifications totales qui rentrent en compte dans le déroulement de chaque partie digne de ce nom. Totales et non partielles car l’ensemble de la communauté connaît et prend en compte ces mécanismes de jeu, et l’assimilation de ces mécanismes fait essentiellement partie de la charge d’apprentissage des nouveaux joueurs du Secteur. Ces mécanismes, de plus, sont théoriques et non pratiques, a l’inverse d’autres jeux LGeL est un jeu de parole avant tout et les mécanismes de jeu proviennent de l’intellect des joueurs et non de la technicité du jeu. Il y a indéniablement tout un construit social autour du jeu, implicite en majorité, fluctuant au fil du temps et de tendances parfois imperceptibles du point d’un seul joueur. Ce construit supra communautaire est de facto très difficile voire impossible et appréhender dans sa globalite, et vouloir l’expliciter pourrait nous perdre en pérégrinations superflues. Cela dit, j’avance que l’existence de ce construit est présent dans la conscience de chacun, même si jamais formulé, et qu’il compose intrinsèquement le jeu en Serieuses.
Dans la généralité, mécanismes de jeu et CGU ne rentrent pas en conflit, mais là ou cela coince c’est au niveau des cas limites, qui impliquent par leur intitulé qu’ils se situent à la marge des réglementations. Certains disent qu’on évalue un système à l’effectif de cas limites qu’il engendre et aussi à la manière dont il traite ces cas limites. Si l’on prend les CGU, on remarque que les cas limites, et gardons en tête qu’on ne traite ici que des cas concernant les parties Sérieuses, sont plutôt nombreux bien qu’ils ne soient pas majoritaires. La raison derrière ce nombre plus élevé que dans d’autres secteurs est ce que nous avons abordé précédemment, l’ampleur des construits et des mécanismes admis autour du jeu. Ces mécanismes ne sont pas faits pour repousser les limites des règles mais pour complexifier au nécessaire le jeu parfois trop simpliste ou binaire. On comprend aisément alors que cela peut entrer en conflit avec une application sans nuance des CGU.
Comme souvent la positivité de restrictions pose problème lorsqu’elle se confronte à des constituants mouvants et interprétatifs. Et lorsque le conflit surgit, la solution jusqu’ici adoptée est la plus facile: trancher arbitrairement. Et même si cela doit être pesant comme rappel, il n’y aucune attaque ici envers l'équipe de modération en elle-même, elle a le devoir d’agir de la sorte. La ou il faut poser le questionnement c’est sur le principe dichotomique appliqué depuis toujours. Est-il toujours bon de ne laisser aucune place aux facteurs externes et pourtant intrinsèques au jeu? Derrière cette question rhétorique, il y a pourtant un vrai questionnement, quelle place est-il possible de laisser à l'interprétation, à l'insertion d’arguments autres que purement factuelles dans le jugement de modération. Il faut bien être conscient de deux choses sur ce point-là: premièrement cette perspective implique fatalement un investissement plus grand dans les cas limites, en temps et en ressources; secondement il faut bien garder en tête que cela ne concerne qu’un nombre limité de cas - toute proportion gardée, bien que la proportion est plus remarquable si l’on prend comme référence les cas s'établissant en Serieuses. Est-ce envisageable ou réalisable? A cette question aucune réponse légitime ne peut être apportée par un quidam, bien que la théorie suggère l’affirmatif, bon nombre de facteurs peuvent entraver la réalisation d’une telle idée.

Le projet ici se doit d'être clair, il n’est pas de produire une solution miracle qui diminuerait les litiges et réponses contestataires à des sanctions jugées, parfois légitimement, comme abusives et inadéquates. Par ailleurs, il en va toujours de soi que de telles situations apparaissent uniquement car le système en place a des limites, comme tout système, que ces limites bien qu’elles soient structurelles, sont conjoncturelles, en tout cas si l’on décide de les voir de la sorte.
Sans s’aveugler sur la difficulté imposée par le cas par cas, qui ne peut malheureusement pas être appliqué, il est tout aussi honnête de prendre conscience, de s’expliciter à nous-mêmes que la qualité actuellement positiviste des CGU n’est pas adéquate à certains cas, et que dans un soucis d'équité et non d'égalité faussement salvatrice il faille prendre en compte la valeur mouvante et essentiellement humaine de facteurs qui rentrent en compte dans quelques cas, pour ne pas succomber à une iniquité plane.



Ce texte n’a en rien la valeur d’une condamnation, d’une critique personnelle ou d’une volonté de nuire et de réduire en quelque mesure le crédit de qui que ce soit. C’est une ouverture complète sur un sujet qui n’a été abordé que superficiellement, par manque d’aboutissement, de volonté, ou de ressources. Discuter, échanger, avancer à propos de points de friction systémique de l'entité modératrice, et peut-être crever l'abcès entre joueurs de Sérieuses et modération, dépasser le simple reproche du “ils ne savent pas nous modérer".

En espérant que ce court questionnement profite d’une réception correcte de la part de tous ceux qui le liront jusqu’au bout,
Caninement votre,

Androclebs,
pour la BahnArmy.
#605099
Bonne année 2021 Androchien, il y a quand même fallût que je me perde sur ce forum un samedi matin pour voir toutes ces lignes qui visiblement n'ont pas eu de suite depuis décembre 2020!

Je suis très content que tu réalises toi aussi un truc essentiel beaucoup n'ont toujours pas compris, c'est qu'une règle elle est pas censé que te brider en terme de jeu pour modérer en conséquence si non respect de celle-ci elle est censé aussi et surtoût pouvoir nous accompagner sur une manière de jouer qui est propre à chacun, là où je vais te contredire les CGU ne sont pas une bible mais un code civil plutôt, c'est toute la différence et problématique parfois, la bible actuelle c'est plutôt les secteurs qui appliques des principes de jeu auquel un joueur se reconnaît ou qu'il veut en suivre ces préceptes, je serai plus pour une "charte" un truc qui justement permettrait de faire comprendre ce qu'est un joueur de lgel à différencier d'un sportif, d'un artiste, d'une profession enfin bref quelque chose qui inciterait à jouer dans le respect du jeu et des personnes, j'insiste bien sur ce terme de personne car le joueur on a le droit de le critiquer dans les limites fixés par le site.

De la modération il y en a eût, il y en a, il y en aura, si la modération veut vraiment progresser, si elle veut bien faire cet effort de montrer qu'elle veut s'ouvrir aux joueurs qu'elle s'occupe , envisager enfin qu'elle soit reconnue comme une équipe positive à la communauté, ça serait une transparence des protocoles qui permettrait justement que les joueurs identifies les failles pour qu'elles n'en soient plus via un protocole si il le faut et un système clair et à tous, chose qui n'est absolument pas le cas comme tu as l'air de bien montrer si je te suis avec beaucoup de cas avec un poids deux mesures, ça le plus souvent pour moi ça vient de l'interprétation du modérateur, pour les parties écrites je ne sais pas si ce sont des modérateurs de sérieuses mêmes qui vont modérer les sérieuses à revérifier actuellement.

Pour moi cette année 2021, je considère vraiment que celcius en dehors de l'application LGEL devrait vraiment ce soucier de ça car si beaucoup de joueurs ont fui le site et reviennent certains plus que deux trois fois par an, c'est justement le problème d'un dégoût du système en amont en dehors même du jeu qui enflue ensuite dessus et ça c'est pas normal qu'on se le disent car justement le jeu de cartes, les gens l'apprécient c'est indéniable, c'est dommage de pas savoir l'utiliser/l'exploiter à sa juste valeur.